logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

31/07/2008

Sur un banc du parc....


podcast


medium_Le_temps_036.jpg

Sur un banc du parc, tu m’as retrouvé
Compagne de mes jours, ennemie de mes nuits,
D’un côté tu me blesses, de l’autre tu me réjouis,
Tu m’apprivoises, tu m’envahis.
medium_Le_temps_069.jpg

Me rappelant sans cesse mes bonheurs partagés
Je te dompte, chaque seconde
Espérant patiemment retrouver, ces plaisirs envolés.
Je t’aime, je te hais.
medium_Le_temps_099.jpg

Tu me pèses, comme un fardeau bien trop lourd à porter.
Tu m’allèges telle une bonne amie
Contre vents et marées, orages et tumultes.
Je te quitte, je te cherche.
medium_Le_temps_078.jpg

Otes ce masque qui assombri ma vie,
Regarde-toi, tu pourrais être belle,
Si j’avais quelqu’un près de moi
Pour pouvoir le dire.
medium_main_dans_la_main.jpg



Urga .... le 27/07/2008 ... sur un banc du parc.


Photos prises au jardin public de Bordeaux.
Chanson:"Il n'aurait fallu" de Louis Capart.
(Album:Rives gauches de Bretagne et d'ailleurs)

Commentaires

jolie poème mais ... un soupçon de tristesse?
bisous
ghys05

Écrit par : ghyslaine | 28/07/2008

Superbe chanson et beau poème...très bien illustré..

Un certain regret....un peu de tristesse se lisent entre les lignes...



Bises
hélène

Écrit par : hélène | 30/07/2008

si beau Jardin Public, qui vit nos émois d'étudiants, sur les bancs publics,
Merci pour ces remontées de souvenirs...
cherche sur Google le blog de Lucy," bancs publics," qui t'accueillera volontiers,
bonne fin d'après midi, fanfan

Écrit par : framboisine | 30/07/2008

Bonjour,

Mais à qui donc parles-tu ? A ton double ? Excuse ma hardiesse, mais je n'ai pas vu le rapport entre les bancs publics et le poème, au demeurant agréable à lire, comme la chanson l'est à écouter.


Le grillon

Écrit par : christian | 01/08/2008

Christian , je parlais à ma solitude , celle que l'on aime et que l'on deteste parfois .... celle que l'on retrouve aussi sur les bancs publics....
Merci et à bientôt .
*Urga

Écrit par : Urgania | 01/08/2008

Elle regarde passer le Temps
Celui qui la nimbe de blanc,
Elle rêve un peu sous la feuillée
De cet enfant qui l'a frôlée.

Sa jambe nue dans la lumière
Est svelte encor et élégante.
Que la vie donc est éphémère!
La canne tombe fléchissante.

Elle a voulu se rendre belle:
Dans ce jardin ,on ne l'attend,
Sauf le soleil posé sur elle,
Comme un ultime et tendre amant.

@mnémosyne.

fort belle et touchante photo que celle de cette dame en blanc!

Écrit par : mnémosyne | 30/10/2008

Mnémosyne , je l'ai trouvé touchante aussi ... ce jour là j'ai fais pas mal de photos de personnes seules ...j'ai trouvé qu'il y en avait trop !

Bisous
*Urga

Écrit par : Urga | 31/10/2008

toutes tes photos sont très belles et me "parlent" beaucoup, Urga:

Le jeune homme:

Ils étaient deux peut être hier
Et il est seul sur ce gazon,
Le dos voûté et solitaire,
A quoi pense-t-il ce garçon?

Est ce à l'amour en déraison
Qui vient parfois sur cette terre
Voler au ciel de nos saisons,
Comme un oiseau, vol éphémère?

@mnémosyne.

Bisous.

Écrit par : mnémosyne | 01/11/2008

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique