logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

29/12/2008

Catherine Pozzi (1882-1934)

medium_01cpozzi1.2.jpg
Née à Paris en 1882, fille du célèbre médecin, ami des arts, Samuel Pozzi et de Thérèse Loth-Cazalis, elle grandit dans le tout-paris aristocratique et bourgeois de la fin du 19°s.
Dès son plus jeune âge, elle rencontre des gens de lettres et des personnalités du monde artistique dans les salons de sa mère.

medium_Sans_titre_1.jpgA dix ans, elle commence à écrire un journal qu’elle tiendra jusqu’à ses vingt-trois ans : « je veux dire aux indifférents combien un enfant peut souffrir, combien une jeune fille peut être seule ».». En janvier 1909, elle se laisse épouser par Edouard Bourdet dont elle a un fils, Claude Bourdet, en octobre, mais le mariage tourne tout de suite à l’échec

En 1912, elle apprend qu’elle est atteinte de la tuberculose.

medium_Sans_titre_2.3.jpgEn 1913, elle débute son journal d’adulte qu’elle tiendra jusqu’à sa mort en 1934 dans lequel elle livre le plus profond d’elle-même. Elle y raconte la passion mouvementée qu’elle vécut avec Paul Valéry de 1920 à 1928, les terribles souffrances que la maladie lui infligea, ses rapports avec un certain nombre de personnalités, Julien Benda, Bernard Groethuysen, Rainer Maria Rilke, Marie de Régnier,Pierre Jean Jouve, Anna de Noailles...

« Je suis un des points singuliers par où la souffrance de la planète rayonne » (Catherine Pozzi)


medium_Sans_titre_3.3.jpgElle est l’auteur de quelques poèmes dont le magnifique « Ave » , d’un essai métaphysique « Peau d’âme », d’un petit récit autobiographique, « Agnès » que Jean Paulhan qualifia de « fraîche merveille », de quelques notes (NRF) et articles scientifiques (Le Figaro).


AVE

Très haut amour, s’il se peut que je meure
Sans avoir su d’où je vous possédais,
En quel soleil était votre demeure
En quel passé votre temps, en quelle heure
Je vous aimais,

Très haut amour qui passez la mémoire,
Feu sans foyer dont j’ai fait tout mon jour,
En quel destin vous traciez mon histoire,
En quel sommeil se voyait votre gloire,
Ô mon séjour..

Quand je serai pour moi-même perdue
Et divisée à l’abîme infini,
Infiniment, quand je serai rompue,
Quand le présent dont je suis revêtue
Aura trahi,

Par l’univers en mille corps brisée,
De mille instants non rassemblés encor,
De cendre aux cieux jusqu’au néant vannée,
Vous referez pour une étrange année
Un seul trésor

Vous referez mon nom et mon image
De mille corps emportés par le jour,
Vive unité sans nom et sans visage,
Coeur de l’esprit, ô centre du mirage
Très haut amour.


medium_catherine_pozzi.jpg


NYX

Ô vous mes nuits, ô noires attendues
Ô pays fier, ô secrets obstinés
Ô longs regards, ô foudroyantes nues
Ô vol permis outre les cieux fermés.

Ô grand désir, ô surprise épandue
Ô beau parcours de l’esprit enchanté
Ô pire mal, ô grâce descendue
Ô porte ouverte où nul n’avait passé

Je ne sais pas pourquoi je meurs et noie
Avant d’entrer à l’éternel séjour.
Je ne sais pas de qui je suis la proie.
Je ne sais pas de qui je suis l’amour. »


Catherine Pozzi, Très haut amour,

Ce poème est le dernier texte qu’elle a composé (5 novembre 1934). Un mois avant sa mort (3 décembre 1934, à l’âge de cinquante-deux ans), six ans après sa rupture avec Paul Valéry

medium_coquelicot.png


« Ce qui ne peut devenir nuit ou flamme, il faut le taire »
« Il y a tant de raisons d’écrire, outre celle de publier. Par exemple exalter la conscience, l’attention ; tracer un chemin ; son chemin ; détruire ; croître…. »
« On n’arrive au plus haut de soi que contre soi »


Intransigeante, orgueilleuse, vivant à l’extrême de soi-même, Catherine Pozzi fut toute sa vie une assoiffée d’absolu.
Elle vécut « l’âme ouverte ».

Commentaires

je ne connaissais pas du tout mais les poèmes sont très beaux
bonne soirée

Écrit par : bernadette | 28/12/2008

Bonjour,
mon nom est Guillaume Normandin et je suis recherchiste pour l'émission Le Midi avec André Arthur. Nous sommes intéressé à faire une émission sur les personnes âgés qui profite de la plate-forme internet et c'est pourquoi je prend contact avec vous aujourd'hui. Si la demande vous intéresse vous pouvez prendre contact avec moi sur mon adresse courriel que je vous laisse au bas.
Au plaisir et bonne journée.

Guillaume Normandin

Courriel : Norgilles@hotmail.com

Écrit par : Guillaume Normandin | 29/12/2008

Merci Bernadette ....

Guillaume , le message est lancé , avis aux amateurs .....Il y aura sûrement des personnes qui liront cet appel et seront interéssées .... au fait ... une question ... on est considéré comme âgé à partir de quel âge ??? hihihihi

Écrit par : Urga | 29/12/2008

Bonjour Urga,

Je ne sais pas si j'aurai pu vivre avec une pareille flamme. Elle me parait trop exigente, trop fatigante pour le commun des mortels !
Je ne connaissais pas ces textes, et cette exaltation me semble un peu suspecte.

Bises d'un grillon pas convaincu par cette dame.

Écrit par : christian | 30/12/2008

je découvre cette femme qui a vécu d'intenses moments , j'aime beaucoup sa poèsie , je profite de cette occasion pour te souhaiter une bonne année 2009 que tous tes souhaits se réalisent bise amitié

Écrit par : souvienstoi | 30/12/2008

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique